Drame à la garderie de Gatineau.

Après le drame survenu ce matin dans une garderie de la ville de Gatineau en Outaouais, on a assisté dans plusieurs régions québécoises à une onde de choc.
En effet un homme est parvenu à rentrer dans une garderie armé d’une arme à feu et a semé la peur autour de lui en laissant derrière lui un mort, avant de se donné la mort. Il faut souligne qu’aucun enfant présent au moment de la scène n’ait été touché.
A en croire Mona Lisa Borrega, l’administratrice le système de sécurité mis en place était assez sure pour empêcher ce tragique événement. Il faut souligner que les éducatrices ont fait preuve de bon sens et ont suent protéger les enfants. Elle souligne que c’est la pire de choses qui pourrait arriver à une garderie d’enfants. Mais cependant elle affirme que les mesures seront prises expressément pour pallier à de tels accidents et afin de créer un cadre sécurisé pour les enfants.
Dans cette même logique, le psychologue Eric Bergeron dit qu’il est nécessaire de créer un cadre qui mettrait en confiance les parents afin qu’ils puissent y déposer leurs enfants afin de vaquer assurément à leurs occupations journalières.
Selon Bruno Marchand, le directeur général de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), il faut savoir être entreprenant en ce qui concerne la prise en charge sur le plan émotionnel des détenteurs d’arme qui sont en situation émotionnelle difficile comme les ruptures amoureuses. Car c’est un fait que ces deux éléments favorisent le suicide et les homicides.
Steve Buddo directeur pour le Québec de l’Association canadienne des propriétaires d’armes à feu, affirme qu’il faudrait se pencher sur la santé psychologique des individus désireux de se procurer une arme à feu.
L’Association québécoise des centres de la petite enfance pour pallier à ce type d’accident a opté pour un système de fermeture qui permet uniquement aux parents ou toute personne mandatée par les parents d’entrés.

Merci à www.anewsvideo.ca

Suggestion d'articles: