Laval en Fleurs sous les feux de la SQ

À Laval, l’horticulture est une discipline dont les gens sont très fiers. La ville a reçu, après tout, plusieurs prix « Fleurons du Québec » depuis les dernières années grâce à la beauté de l’aménagement paysager de la ville lors de la période estivale. On y compte un nombre impressionnant de 133 entreprises horticoles ainsi que plusieurs producteurs agro-alimentaires d’importance. Il existe même un organisme municipal, nommé Laval en Fleurs, dont la mission est notamment de favoriser l’embellissement municipal par le biais de concours et de distribution gratuite de produits floraux à l’automne ainsi qu’au printemps.

Malheureusement, à Laval, il règne une atmosphère assez importante de corruption ou de fraude qui semble toucher beaucoup plus de milieux qu’on aurait pu initialement croire. Outre les maires qui ont récemment été évincés de leurs sièges à cause de différentes accusations de financement politique illégal (ainsi que certaines accusations à caractère adulte dans le cas du maire Duplessis), il semblerait aujourd’hui que Laval en Fleurs ne soit pas épargnée par les bandits. Son ancien directeur général, Mathieu Lavoie, aurait peut-être abusé de sa position pour faire « disparaître » près de 200 000 dollars dans la dernière année.

Fleurs

L’odeur des fleurs est malheureusement amère ces jours-ci à Laval.

Pierre Desroches rencontre l’UPAC

Ce serait Laval Technopole qui subventionnerait en assez bonne partie les activités de l’organisme Laval en Fleurs. Pour comprendre un peu mieux la situation, l’escouade Marteau de l’UPAC a donc décidé de rendre une petite visite à M. Pierre Desroches, le grand patron de la Technopole. À la base, la rencontre aurait principalement été pour interroger l’homme sur les implications de l’ancien maire Gilles Vaillancourt dans les activités économiques de la ville, ce dernier trempant dans des accusations de gangstérisme et de bien d’autres fautes graves. Rien n’indique pour l’instant que M. Desroches ou ses collègues soient impliqués dans des malversations.

Pierre Desroches

Parions que le DG de Laval Technopole, Pierre Desroches, n’apprécie pas la situation.

Ce que M. Desroches nous a toutefois appris, c’est que le dossier de Laval en Fleurs avait été transmis à la Sûreté du Québec.

Une ambiance malsaine chez Laval en Fleurs

La beauté des fleurs aurait toutefois eu un aspect très amer au sein de l’organisme lors du règne de Mathieu Lavoie : il semblerait que celui-ci provoquait un très grand inconfort au sein de ses collaborateurs. On lui reprochait tout d’abord de réclamer un salaire très important pour ses tâches, ce qui irritait plusieurs des membres de son équipe. Outre cela, la façon des gérer les activités de Laval en Fleurs n’était pas très appréciée non plus.

Gros salaire

Mathieu Lavoie avait, semble-t-il, un gros salaire.

Lorsque l’équipe de Laval Technopole a constaté des irrégularités au niveau des dépôts, un audit a été mandaté afin d’éclaircir la situation. On a réalisé bien vite que la situation était grave et qu’il fallait mettre de l’ordre dans les activités de l’organisme.

Une tentative  d’étouffer la chose

Il semblerait que le bureau du maire de Laval aurait tenté d’interférer avec l’enquête en cours en proposant de rembourser les sommes manquantes, qu’on avait d’abord estimées à 20 000 dollars, histoire que l’affaire ne s’ébruite pas. Cela n’a toutefois pas fonctionné et l’histoire semble de plus en plus grave au fur et à mesure que l’enquête progresse. Il semble même y avoir un conflit d’intérêt entre la responsable municipale du dossier de Laval en Fleurs, Jocelyne Guertin, et M. Lavoie, qui serait en fait son gendre. Celle-ci a d’ailleurs décliné la demande d’enquête des médias, ce qui n’annonce rien de bon pour les prochains jours.