Les occasions abondent pour les ingénieurs expérimentés au Canada

Chaque année, des milliers d’ingénieurs ayant des qualifications internationales immigrent au Canada. Représentant environ 12% des ingénieurs autorisés au Canada, ils travaillent dans les domaines du génie civil, du génie électrique, de l’ingénierie industrielle, de la fabrication en usine et de l’ingénierie mécanique. Une étude du marché du travail récemment publié par Engineers Canada souligne les tendances importantes du marché économique pour les ingénieurs au Canada. Intitulé Le marché du travail en génie au Canada : projections à l’horizon 2020, le rapport donne un aperçu des disciplines de l’ingénierie et des marchés géographiques, ainsi que des prévisions de conditions internationales.

Selon Mark Bourgeois, directeur des communications et des affaires publiques d’Engineers Canada, l’organisme national regroupant les 12 ordres provinciaux et territoriaux qui réglementent l’exercice du génie au Canada, ‘’Le Canada est confronté à une pénurie d’ingénieurs spécialisés avec plus de 10 ans d’expérience ».

Il se réfère aux prévisions du rapport qui mentionne que d’ici 2020, 95 000 ingénieurs prendront leur retraite, créant une pénurie de compétences qui ne pourra être comblés par des diplômés canadiens. Le Canada aura donc besoin de faire appel à la main-d’œuvre étrangère. (En apprendre plus sur la profession d’ingénieur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ingenieur).

Le déséquilibre entre l’offre et la demande est de plus grand plus grand. Bien que les conditions du marché du travail d’ingénierie varient d’une région à l’autre, les marchés doivent trouver des moyens de parvenir à un équilibre entre les départs à la retraite et la formation des diplômés entrants et des ingénieurs internationaux intéressés à travailler au Canada.

ingénieur

La pénurie de professionnels hautement qualifiés a indéniablement contribué aux difficultés rencontrées par l’industrie de la construction au Canada. Selon la firme de comptables PricewaterhouseCoopers, cette pénurie de compétences a entraîné une concurrence accrue sur le marché mondial. Cette tendance devrait augmenter, avec un besoin accru pour les entreprises qui recrutent, et l’objectif sera de récompenser et retenir les meilleurs talents.

Les carrières pour les ingénieurs au Canada

Selon Statistique Canada, plus de 75 000 ingénieurs sont enregistrés auprès de l’Ordre des ingénieurs de l’Ontario, qui n’est qu’une des nombreuses provinces du Canada. La majorité de ces ingénieurs œuvre dans les domaines de l’ingénierie mécanique ou civil, avec un grand pourcentage aussi dans le domaine du génie électrique et informatique. Dans l’ensemble, la demande d’ingénieurs est prévue d’augmenter, avec des services d’architecture, de génie et de services connexes. Les emplois les plus couramment annoncés en génie comprennent les ingénieurs mécaniques, les ingénieurs électriciens et les ingénieurs de projet.

Les obstacles pour les personnes formées à l’échelle internationale

Une licence est nécessaire pour fonctionner pleinement en tant qu’ingénieur au Canada, de sorte qu’à leur arrivée au pays, les ingénieurs formés à l’étranger sont invités à communiquer avec l’organisme de réglementation du génie dans la province ou le territoire où ils vivent. Le programme de diplômes internationaux en génie évalue les qualifications des personnes qui ont une formation internationale, avec des moments d’évaluation en moyenne de huit semaines. Cette évaluation permettra de déterminer quelles mesures un ingénieur immigrant doit prendre pour obtenir un permis et être assermenté par l’Ordre des Ingénieurs de la province de résidence.

Les immigrants doivent passer par le même processus que les étudiants canadiens, c’est-à-dire de devoir prouver l’éducation et avoir une expérience de travail au Canada.

Mais pour les ingénieurs formés à l’étranger avec des années d’expérience à l’étranger, le processus pour pouvoir travailler au Canada peut sembler injuste. Même après l’octroi de licences, ils peuvent également trouver plus de défis à se faire embaucher. Les recherches par Engineers Canada montrent que les personnes formées à l’étranger étaient légèrement moins susceptibles d’être employées de façon permanente que les ingénieurs nés au Canada, mais plus susceptibles d’être des travailleurs autonomes ou à contrat. Ils sont aussi plus susceptibles d’avoir une expérience de gestion ou de surveillance.

En matière d’immigration, les ingénieurs expérimentés et spécialisés auront de meilleures perspectives d’emploi au Canada, les employeurs ont le recrutement de besoins pour des projets spécifiques, mais les marchés seront plus faibles pour les nouveaux diplômés, comme pour la majorité des autres types d’industries au pays.

Suggestion d'articles: