Systèmes de sécurité : se protéger des voleurs… et des vendeurs!

Il est indiscutable qu’un système de sécurité a beaucoup à offrir à votre domicile. Avec tous les objets de valeurs qui sont présents chez vous, il crée un certain effet dissuasif qui, en plus de repousser les voleurs, vous libère l’esprit de bien des craintes.

Malheureusement, ce ne sont pas tous les installateurs de systèmes de sécurité qui sont aussi honnêtes qu’on le voudrait! Vente à pression, fausses promesses et frais cachés sont des éléments qui peuvent s’insérer dans le processus de vente et qui rendront votre expérience nettement moins intéressante. Heureusement, il est possible de s’en prémunir en se renseignant bien sur cette industrie lucrative.

Justice Canada a collaboré avec Securforce, spécialiste de la sécurité, afin de relever les mauvaises pratiques à éviter ainsi que les droits des consommateurs en la matière.

Systeme alarme

Attention aux vendeurs itinérants

Les vendeurs itinérants sont frappés d’une mauvaise réputation à cause de la vente à pression dont certains font preuve avec leurs clients. Heureusement, plusieurs dispositions existent afin de se protéger en cas d’abus.

Par exemple, après avoir conclu un contrat avec un vendeur itinérant, ou encore un vendeur qui s’est présenté à la porte suite à une sollicitation téléphonique, le client bénéficie d’une période de 10 jours pour annuler le contrat. La période débute à partir du moment où vous recevez le double signé du contrat. Cela se fera sans frais, peu importe la raison de l’annulation, et vous serez remboursé! Par contre, il est nécessaire de le résilier par écrit (idéalement par lettre recommandée) et non pas de façon verbale.

Sur son site, l’OPC permet aux consommateurs de vérifier si un commerçant possède un permis de vendeur itinérant approprié, tout en présentant les plaintes et les condamnations dont il a été la cible. Vous trouverez le formulaire ici.

Qu’en est-il des frais d’annulation?

Les contrats à durée déterminée sont légion dans l’industrie de la téléphonie comme pour les systèmes de sécurité : les fournisseurs s’assurent alors de « fidéliser » le client en imposant des frais rédhibitoires lors de l’annulation du contrat. Heureusement, ils ne bénéficient pas d’une liberté complète!

Le calcul du « plafond » de frais est loin d’être simple. D’ailleurs, les contrats qui ont été signés avant le 30 juin 2010 peuvent être soumis à des frais plus élevés. L’OPC séparer les contrats en trois catégories :

1) Durée déterminée avec rabais : Concéder un rabais important à l’utilisateur permet d’imposer des frais d’annulations plus élevés, qui compensent pour la « perte » subie par l’installateur. Voici la formule définie :

[Rabais sur le prix de vente du système d’alarme] – [Rabais sur le prix de vente du système d’alarme x Nombre de mois entièrement écoulés ÷ Durée du contrat] = Frais maximaux d’annulation

2) Durée déterminée sans rabais : Ceux qui ne se sont pas vu accorder de rabais ne mettront pas autant la main au portefeuille. Vous paierez le plus petit montant entre 50$ et 10% des services à recevoir. Bien entendu, si on tente de vous faire payer davantage, vous aurez la possibilité de contester.

3) Durée indéterminée : Dans le cas présent, la formule est plus complexe et dépend si vous avez payé la valeur du système d’alarme à la signature du contrat. Voici directement la formule afin de vous simplifier la vie :

[Montant qui n’a pas été payé sur le prix de vente du système d’alarme lors de la conclusion du contrat] – [1/48 x Montant qui n’a pas été payé sur le prix de vente du système d’alarme lors de la conclusion du contrat x Nombre de mois écoulés au contrat] = Frais maximaux d’annulation

Les systèmes de sécurité défectueux

Lorsqu’un système de sécurité ne fonctionne pas, il est anormal que vous deviez payer les factures de votre installateur! En fait, vous n’avez pas à payer pour les services reçus dans la période où votre système est en réparation, si les conditions suivantes sont respectées :

  • L’équipement a été fourni par le fournisseur de services.
  • La réparation à effectuer est couverte par la garantie de l’appareil;
  • Aucun appareil de sécurité ne vous a été fourni en remplacement.

Bien des produits électroniques, il sera également couvert par la garantie légale.

 

En conclusion, n’hésitez pas à prendre le temps de réfléchir avant de vous engager dans un long contrat de protection résidentielle. Au lieu de vous laisser charmer par le premier vendeur venu, renseignez-vous sur les différentes protections disponibles et contactez vous-même la compagnie qui vous semble adéquate!

Suggestion d'articles: