Attention aux abus des conditions générales d’utilisation

« J’ai lu et j’accepte les conditions générales d’utilisation… » Cette phrase, vous ne pourrez pas dire le contraire, fait aujourd’hui partie de nos vies. La plupart de sites web tels que Facebook, Youtube et autres nous demandent de lire de longs documents légaux avant de pouvoir officiellement commencer l’utilisation de leurs services. Dans les faits, lisez-vous vraiment tout ce qu’ils vous demandent? Probablement pas.

Dans la plupart des cas, si vous êtes un bon utilisateur et que vous ne cherchez pas les noises, vous n’aurez jamais de problème avec les produits ou les services en question. Toutefois, un bon jour, il se peut qu’on vous passe un coup fourré en vous expliquant que les conditions générales d’utilisation mentionnaient expressément de faire attention à un sujet particulier. Lorsque ça arrive, il est trop tard pour refaire ses lectures.

Dans cet article, nous enquêterons un peu plus en détail sur certaines pratiques plutôt louches de la part des entreprises.

Changer les conditions sans préavis

Une utilisatrice du site « Terms of Services, didn’t read » (qu’on traduirait librement par « Je n’ai pas lu les conditions d’utilisation) rapportait récemment que lors de son analyse de la politique de Youtube, le leader mondial en partage de vidéos sur le web, avait la possibilité de changer les conditions d’utilisation de sa plateforme sans même avertir les utilisateurs qui avaient déjà approuvée une version précédente. L’utilisatrice se plaignait par la même occasion que l’entreprise ait la possibilité de conserver le contenu mis en ligne sur Youtube même après sa supression, une pratique qui est fréquemment employée par ce genre de sites web.

En gros, même si vous vous êtes tapé il y a un an la totalité du pavé rédigé par les juristes de Youtube, c’est comme si vous deviez recommencer à 0. À chaque jour, pour être sûr de n’avoir zappé aucun changement.

Rage

Elle n’est pas motivée à recommencer à zéro sa lecture!

Le renouvellement automatique d’un abonnement

Ce cas a été rapporté par le site http://www.busuusucks.com/fr, créé par un utilisateur qui avait été lésé par la plateforme d’apprentissage linguistique du nom de Busuu. En gros, l’entreprise a instauré 2 textes de conditions générales d’utilisation, c’est à dire un pour l’abonnement gratuit ainsi qu’un deuxième à lire lorsque l’abonnement payant était souscrit. Déjà là, c’est vraiment espérer beaucoup de ses utilisateurs de rédiger deux textes de conditions.

Ensuite, une petite condition inscrite dans les deuxièmes conditions explique qu’après l’expiration d’un abonnement, le compte de l’utilisateur serait automatiquement renouvelé pour la durée de la souscription précédente. En bref, si vous aviez opté pour un abonnement de deux ans et que vous arrêtez d’utiliser le site sans avoir la bonne idée de vous désabonner officiellement, l’entreprise a le droit (et elle l’utilisera sans aucun doute) de vous facturer un deuxième abonnement de deux ans. Précisons ici que vous ne recevrez aucun courriel d’avertissement dans les jours précédant la nouvelle transaction: vous ne recevrez qu’une confirmation disant que vous venez de repayer 100 euros pour apprendre le russe.

L’entreprise refuse actuellement de rembourser les utilisateurs qui tentent de se plaindre en se cachant derrière les conditions d’utilisation. Une autre raison de lire un peu plus attentivement…

Youtube, Instagram et autres pourraient vendre vos informations

On se plaît à croire que les multinationales comme Facebook et Google veulent le bien de l’humanité et qu’ils peuvent tirer suffisamment de revenus de leurs pratiques publicitaires, mais les géants aiment bien se garder le plus de munitions possibles. Ainsi, tout ce que vous partagez sur Facebook pourrait être utilisé par l’entreprise à toutes les fins désirées et pourrait être transféré à des tiers selon les désirs de l’entreprise. Quand on regarde le scandale du programme PRISM qui s’est déroulé aux États-Unis dernièrement, qu’est-ce qui nous dit que Facebook ne vend pas déjà certaines de nos informations les plus privées aux grosses boîtes de publicité? Pas grand chose.

En conclusion, il est facile pour certaines entreprises d’abuser de leurs utilisateurs en modifiant les conditions à leur guise… il faut simplement lutter contre les pratiques qui dépassent les bornes en les révélant au grand jour.