La pizza est-elle un légume? Le scandale américain

Les Nord-Américains, particulièrement les canadiens, possèdent une relation de plus en plus hostile à l’égard des multinationales depuis les dernières années. La révolution du 99% était un exemple flagrant de grogne contre le contrôle de la société par les poches pleines de quelques requins. Ces grandes entreprises sont toutefois responsables d’une autre plaie qui nuit grandement à l’Amérique du Nord : les lobbyistes, qui sont chargés de bloquer les réformes majeures du gouvernement et de le contrôler autant que possible au profit des multinationales.

En 2011, l’État américain continuait de plancher sur une réforme importante de l’alimentation au sein des écoles, histoire de forcer les enfants à manger mieux et de contrer l’obésité rampante des Américains. Pour ceux qui ne suivaient pas l’actualité à ce moment, c’est le temps de vous rafraîchir la mémoire.

Une loi forçant la consommation de légumes

La loi soumise ne visait pas directement la pizza : elle souhaitait en fait qu’au moins une portion de légumes soit incluse dans tous les repas servis dans les écoles. Comme l’apport nutritif de la pizza n’était pas considéré suffisant pour lui conférer le fameux sceau « une portion de légumes », celle-ci aurait été bannie des écoles, sauf pour celles qui auraient rivalisé d’originalité pour y inclure suffisamment de végétaux.

Les hommes d’affaires oeuvrant dans l’industrie des produits surgelés n’étaient pas du tout du même avis, il va sans dire. Perdre le lucratif marché de l’alimentation scolaire aurait fait très mal aux producteurs de pizzas surgelées, ce qui fait que ceux-ci firent pression sur le Congrès Américain afin que la pizza puisse être considérée, au sens de la loi, comme un repas considérant suffisamment de légumes (d’où la phrase anecdotique selon laquelle la pizza est devenue un légume.

Pizza légume

Miam, vous m’avez vu ce bon légume de chez Domino’s?

Des débats et des réflexions ont suivi, et les tenants de la pizza-légume l’ont évidemment emporté.

Pas de compromis accepté

Les spécialistes avaient proposé certaines alternatives pour rendre la pizza plus acceptable. On ne parlait pas ici de modifications majeures pour rendre la pizza presque santé, comme celle de Piozza pizza; il aurait simplement fallu rajouter de la sauce tomate afin que la valeur nutritionnelle devienne suffisante. Après tout, la sauce tomate reste un vecteur intéressant de minéraux ainsi que d’antioxydants, un critère sans doute suffisant pour en faire un vrai légume. Malheureusement, il semblerait que le coût de production aurait été alourdi de façon scandaleuse : environ 7 sous par unité, ce qui fait que les gens auraient dû payer 14 sous de plus à la cantine! Une variation de 1 milliard de dollars par année à la caisse, si on se fie à la consommation exceptionnelle de ce produit dans les cantines américaines.

Lobbyiste

Cet homme est peut-être un lobbyiste qui souhaite aspirer tout argent qui traîne dans vos poches sans rien vous offrir de nutritif en retour… peut-être.

D’autres lois appliquées par le gouvernement démocrate

Nous avons vu d’autres efforts survenir du côté du clan Obama pour continuer la lutte subtile mais bien réelle à la prise de poids des américains. 850 calories, c’est le chiffre qui fut imposé tel un marteau aux cafétérias scolaires. Ainsi, elles ne peuvent plus servir des mets qui dépassent ce seuil, ce qui aurait engendré la colère des étudiants. Ceux qui font du sport ou qui ont un appétit plus important se disent affamés par la nouvelle réforme et des plaintes ont surgi, notamment dans différentes vidéos Youtube sur le sujet. On dit que certains étudiants athlètes peuvent consommer autant que 5 000 calories par jour; dans cette situation, il faut dire que des modifications devraient être apportées.

Depuis le temps, il faut dire que certaines modifications ont été permises par les législateurs pour offrir plus de viande et de céréales.