Se protéger des arnaques automobiles

Il n’est pas d’hier que les vendeurs de biens tentent de s’enrichir en abusant de la confiance des autres. Lorsque le bien qu’on souhaite acquérir est aussi complexe et technique qu’un véhicule, le risque de faire un mauvais achat est encore plus élevé! Il est en effet plutôt difficile de se prémunir contre certains stratagèmes que les vendeurs utilisent.

Dans l’article suivant, nous vous donnerons quelques conseils pour vous protéger contre les arnaques automobiles.

Voiture accidentée

Vous pourriez acheter cette voiture sans le savoir si elle se fait retaper.

Demander les rapports d’entretien

Les rapports d’entretien de votre future voiture vous permettront de découvrir à quel point son propriétaire était assidu dans ses visites chez le mécanicien. Si la « timing belt » n’a jamais été remplacé et que le véhicule approche la barre des 150 000 kilomètres, vous saurez déjà qu’un bris vous pend au bout du nez et que vous devrez investir davantage. Si le changement d’huile n’était pas habitude commune, la motorisation souffre sans aucun doute d’usage prématuré. Un mauvais entretien ne pouvant pas être considéré comme un vice caché, c’est à vous de chercher la vérité!

Éviter les ventes trop alléchantes

CAA-Québec, un organisme à but non lucratif qui aide les automobilistes, répertorié un nombre important de cyber-arnaques dans les dernières années. La façon de procéder est presque toujours la même:

  • On met en ligne une annonce très alléchante: le prix de vente du véhicule est souvent très bas par rapport à sa valeur, on met une photo qui le place très en valeur et on met une certaine pression sur l’acheteur, en mentionnant par exemple que la vente doit être réalisée le plus rapidement possible.
  • Celui qui contacte le vendeur apprend qu’il est à l’étranger mais qu’un intermédiaire va se charger de boucler la transaction.
  • Avant d’aller plus loin dans l’échange, on demande à l’acheteur de verser un acompte en utilisant un site de paiement ou un médium tel que Western Union.

Vous devinez la suite… l’annonce disparaît, tout comme l’argent de la victime! Pour éviter ce genre de problèmes, cherchez à voir la voiture ainsi qu’à l’essayer AVANT de verser tout argent. Il faudra également vérifier qu’elle n’est pas volée et qu’aucun accident ou incident a été déclaré à son sujet dans les dernières années. Même si l’annonce est réelle, on pourrait tenter de vous refourguer une voiture accidentée ou qui n’appartient pas réellement au vendeur.

Ne négligez jamais l’essai routier

Courtier Auto Laval, qui oeuvre dans le milieu du courtage automobile depuis quelques décennies, recommande aux gens de ne pas acheter une voiture sans l’avoir préalablement conduite? Si le vendeur se dit trop pressé ou s’il joue la carte de la confiance, il peut très bien avoir quelque chose à cacher. L’essai routier permet justement de détecter une foule de défauts dans la voiture, même au niveau du chauffage et de la radio! Il y a une pléthore de petits éléments qu’il faut considérer, d’où l’intérêt éventuel d’amener une liste à points avec vous pour faciliter l’inspection.

Attention aux voitures accidentées

Ce n’est pas un problème en soi de faire l’acquisition d’une voiture accidentée: lorsqu’elles sont réparées par un professionnel et qu’elles sont achetées avec un rabais substantiel, il y a moyen de rentabiliser la transaction. Malheureusement, plusieurs personnes se font tromper et elles achètent une voiture accidentée qui leur brise dans les mains quelques années plus tard.

Regardez la voiture sous tous les angles possibles et imaginables afin de détecter une trace de peinture d’une teinte différente, un phare monté de travers ou encore une inégalité entre les parties de la carrosserie.